© Soumission Congrès 2009
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Ma.79

Les manifestations neurologiques centrales au cours des connectivites : étude de 9 observations au Sénégal
S. Diallo, S. Ndongo, K. Touré, A. Pouye, A. Ndiaye, M. Diab, M. Ndiaye, T. Diop

 Introduction

Les connectivites sont des affections systémiques, donc susceptibles d'intéresser tous les organes et tissus. Le système nerveux n'est pas de ce fait épargné au cours de ces affections. L'objectif de ce travail est de déterminer le profil épidémiologique des manifestations neurologiques centrales au cours des connectivites observées dans un service de médecine interne à Dakar.

 Patients et Méthodes

Etude rétrospective de toutes les observations de neuropathies centrales rencontrées dans le service de médecine interne du CHU Aristide de Le Dantec de Dakar, entre Janvier 2000 et Juin 2009. Tous les patients avaient bénéficié d'un bilan neurologique en milieu spécialisé où étaient effectués : un scanner cérébral complété selon les cas par une IRM cérébrale et/ou médullaire, une analyse du liquide céphalorachidien, un électro-encéphalogramme ou un électromyogramme. Le diagnostic des connectivites avait reposé sur des arguments épidémiologiques, cliniques, biologiques, radiologiques, fonctionnels et histologiques en accord avec leurs critères internationaux usuels. Pour chaque observations, avaient été analysées les données démographiques, cliniques, paracliniques et thérapeutiques.

 Résultats

Neuf observations avaient été colligées chez 4 hommes et 5 femmes, d'âge moyen au diagnostic de 58 ans (extrêmes / 30-73 ans). L'atteinte était révélatrice de la connectivite dans 8 cas et évolutive de celle-ci dans 1 cas. L'atteinte centrale était une hémiparésie (3 cas), une quadriparésie (2 cas), un syndrome parkinsonien (2 cas), épilepsie (1 cas) et des troubles cognitifs (1 cas). Des images d'atrophie sous corticale étaient notées dans 4 cas, celles de vascularite dans 1 cas. L'EMG objectivait une NRP dans 6 cas. Les connectivites étaient : un syndrome de Gougerot-Sjögren (SGS) primitif : 5 cas, une polymyosite (2 cas), un syndrome auto-immun multiple (lupus, SGS et myasthénie) (1 cas) et un rhumatisme de type Jaccoud (1 cas). Sous corticothérapie et traitements de fond, 1 décès était noté.

 Discussion

Les manifestations neurologiques au cours des connectivites sont dominées par l'atteinte du système nerveux périphérique, présente dans 25 à 40% des cas. L'atteinte du système nerveux central apparaît moins fréquente (entre 20 et 25%). Elle est polymorphe, dominée par les déficits moteurs (5 de nos cas) et/ou sensitifs, les troubles du langage, le syndrome cérébelleux, les méningites aseptiques, les céphalées de type migraineux, les troubles cognitifs (1 de nos cas) et les troubles psychiatriques. L'épilepsie (1 de nos cas) et le syndrome parkinsonien (2 de nos cas) semblent très rares.

 Conclusion

L'association neuropathie centrale et connectivites semble rare en Afrique noire. Elle pourrait être méconnue. Devant toute neuropathie centrale, les connectivites, en particulier le SGS et le lupus doivent être envisagés parmi les hypothèses diagnostiques, surtout en l'absence des causes classiques (métaboliques, toxiques, infectieuses, vasculaires ou tumorales).

Mots-clefs :
atteinte neurologique
Connectivite
Afrique
Référence bibliographique :
Alexander E et al. Medecine 1982 ; 61 : 247-257.
De Seze J et al. Rev Méd Interne 2005 : 26 : 624-636

© SFR - Soumission Congrès 2009

Envoyer à un ami Imprimer