© Soumission Congrès 2007
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 O.37

Intérêt du test QuantiFERON avant instauration d'un traitement par biothérapie
C. Cuerq, P. Rouzaire, A. Rozières, D. Gaujac, G. Cozon, G. Llorca, J. Tebib, J. Bienvenu, J. Larbre, M. Piperno

 Introduction

En 2006, la Haute Autorité de Santé a proposé le remplacement de l'intradermoréaction (IDR) à la tuberculine par les tests de détection de l'interféron-g (QuantiFERONâ et T-SPOT.TBâ) dans le bilan pré-thérapeutique des biothérapies. La sensibilité et la spécificité de ces tests sont difficiles à déterminer dans la tuberculose latente du fait de l'absence de gold standard. De plus un certain nombre de résultats indéterminés, du fait de la négativité du contrôle positif, rendent parfois le résultat ininterprétable. Notre objectif est de comparer les résultats du test QuantiFERONâ et de l'IDR à la tuberculine dans le dépistage des tuberculoses latentes et de réaliser une analyse des résultats indéterminés du test QuantiFERONâ.

 Patients et Méthodes

95 patients recrutés en rhumatologie entre février et août 2007 ont eu un test QuantiFERONâ (Cellestis, Australie) et une IDR à la tuberculine (Sanofi-Pasteur, France) avant la mise en route d'une biothérapie. Une numération formule sanguine et un dosage de la CRP ont été effectués. La concordance entre les deux méthodes de dépistage a été évaluée par le test Kappa. La comparaison des groupes « QuantiFERONâ indéterminés » et « QuantiFERONâ interprétables » a été réalisée par le test de Mann-Whitney.

 Résultats

Parmi les 95 patients étudiés (53±18 ans, 2/3 de femmes), 36 sont traités pour une PR, 34 pour une SASN, 11 pour un rhumatisme inflammatoire chronique (RIC) indéterminé et 14 pour d'autres pathologies. Le QuantiFERONâ est positif chez 17 patients (18 %), négatif chez 58 patients (61 %), et indéterminé chez 20 patients (21 %). L'IDR, retrouvée chez 71 patients, est > 5 mm chez 21 patients (30 %) et £ 5 mm chez 50 patients (70 %). Chez les 56 patients pour lesquels les résultats du QuantiFERONâ sont interprétables et ceux de l'IDR disponibles, les deux tests sont concordants pour 43 patients (77 %). Dans 9 cas (16 %) le QuantiFERONâ est négatif et l'IDR > 5 mm alors que dans 4 cas (7 %), le QuantiFERONâ est positif et l'IDR £ 5 mm. Le test statistique Kappa montre une faible concordance entre les deux méthodes (Kappa = 0,372).
Chez les 20 patients ayant un QuantiFERONâ indéterminé, 5 présentent une IDR > 5 mm, 10 une IDR £ 5 mm et dans 5 cas l'IDR n'a pu être recueillie. Les résultats indéterminés sont corrélés i) à un nombre significativement plus bas de lymphocytes (Médiane = 1,365 G/L pour le groupe « indéterminé » et 1,870 G/L pour le groupe « interprétable »  ; p = 0,029) ii) à une CRP plus élevée (Médiane = 45 mg/L pour le groupe « indéterminé » et 13 mg/L pour le groupe « interprétable »  ; p = 0,025).

 Discussion

Le taux de discordance de 23 % entre l'IDR et le QuantiFERONâ est proche de celui décrit dans la littérature [1,2] dans les populations vaccinées par le BCG. L'intérêt de l'utilisation du QuantiFERONâ réside principalement dans l' absence de réaction croisée avec la vaccination BCG qui peut être responsable d'IDR > 5 mm en l'absence de tuberculose latente. Dans notre étude nous n'avons pas pu recueillir de manière exhaustive le statut BCG des patients.

 Conclusion

Il existe une faible concordance entre le QuantiFERONâ et l'IDR à la tuberculine dans le dépistage de la tuberculose latente chez les patients français porteurs d'un RIC. Le nombre important de résultats indéterminés du QuantiFERONâ justifie la réalisation systématique d'un contrôle positif dans cette population.

Mots-clefs :
biothérapies
intradermoréaction à la tuberculine
Interféron
Référence bibliographique :
[1] Matulis G et al. - Ann Rheum Dis 2007; In press.
[2] Menzies D et al. - Ann Intern Med 2007; 146(5) : 340-54.

© SFR - Soumission Congrès 2007

Envoyer à un ami Imprimer