© Soumission Congrès 2006
SFR
Société Française de Rhumatologie
Envoyer à un ami Imprimer
 RESUME SELECTIONNE
 Ma.53

Leucémie aiguë myéloblastique sous infliximab: à propos de deux cas
A. Morelet, I. Charlot, P. Brochot, L. Gagneux-Lemoussu, F. Détrée, J. Etienne, J. Eschard

 Introduction

Plusieurs cas de lymphome ont été décrit sous anti-TNFa sans qu’il ait pu être démontré un lien certain entre le traitement et la maladie. Peu d’autres affections hématologiques sous anti-TNFa ont été rapportées.

 Observation

Mme P, 36 ans, suivi pour une spondylarthropathie associée à une maladie de Crohn, sous corticothérapie (7,5 mg par jour), azathioprine depuis 1992 et infliximab depuis 10 mois (7 perfusions), est hospitalisée en urgence devant une leuconeutropénie (252/mm3) fébrile. Le traitement par infliximab et azathioprine est arrêté. L’hémogramme montre une bi-cytopénie (anémie, leucopénie) avec à l’étude morphologique, 1% de cellules indifférenciée d’aspect blastique. Le myélogramme est en faveur d’une LAM avec une infiltration blastique de 30%. Mr P, 70 ans est suivi pour une spondylarthropathie traitée par sulfasalazine jusqu’en 1998, puis methotrextate jusqu’en 2004, arrêtés pour inefficacité, puis corticothérapie (7 mg par jour) et infliximab à partir de juin 2004. Dix mois après le début du traitement par anti-TNFa apparaît une neutropénie à 1300/mm3 d’aggravation progressive en dépit de l’arrêt de l’infliximab. L’hémogramme ne montre pas d’atteinte des autres lignées, mais 1% de blastes circulants. Le myélogramme met en évidence une moelle de richesse normale avec 25% de blastes myéloïdes.

 Discussion

On connaît le risque augmenté de leucémie et de lymphome au cours de la polyarthrite rhumatoïde. Par contre, le risque accru de leucémie aiguë en cas d’exposition aux anti-TNFa dans la polyarthrite rhumatoïde et dans les spondylarthropthies n’a pas été démontré. Il faut cependant rester prudent car la rareté de ces affections rend difficile l’observation d’un sur-risque modéré. De plus, il n’est pas possible d’affirmer qu’il n’y a pas de sur-risque après une exposition plus longue.

 Conclusion

Il n’est pour l’instant pas possible d’affirmer l’existence d’un lien entre traitement par anti-TNFa et survenue d’une leucémie aiguë, mais il convient de rester vigilant chez tous les patients traiter par anti-TNFa et de réaliser un myélogramme devant tout signe évocateur. Lorsque le diagnostic est confirmé, le traitement par anti-TNFa doit être définitivement arrêté.

Mots-clefs :
leucémie aiguë
Anti-TNF-alpha
Spondylarthropathie

© SFR - Soumission Congrès 2006

Envoyer à un ami Imprimer